Sommaire

Retour

Historique................................................................................................................................................................. 2

Introduction............................................................................................................................................................... 3

Partie 1 : SITUATION GENERALE................................................................................................................................. 4

11 L'espace administratif............................................................................................................................................... 4

12 L'espace naturel......................................................................................................................................................... 5

121 Le relief..................................................................................................................................................................... 5

122 L'hydrographie.......................................................................................................................................................... 5

124 La Climatologie 1987-1997:...................................................................................................................................... 7

PARTIE 2 :.............................................................................................................................................................................. 8

SAINT-REMY-DES-MONTS AU SEIN DU CANTON DE MAMERS.......................................................................... 8

21 LES INFRASTRUCTURES........................................................................................................................................ 8

211 Les moyens de transport reliant la commune avec l'extérieur .................................................................................. 8

212 Les  moyens de télécommunications :...................................................................................................................... 9

213Liaison administrative avec le centre névralgique: Mamers....................................................................................... 9

214 Santé et protection civile........................................................................................................................................ 10

22 L 'EDUCATION......................................................................................................................................................... 13

221 Le transport des élèves........................................................................................................................................... 13

222 Budget municipal permettant le financement du SIVOS........................................................................................ 14

23 Les équipements communaux................................................................................................................................. 16

231 Le réseau d'assainissement...................................................................................................................................... 16

232 Les ordures ménagères............................................................................................................................................ 17

233 Autres projets de la communauté du Saosnois....................................................................................................... 18

24 Le budget communautaire auquel participe Saint-Rémy-des-Monts............................................................. 19

25 Le tourisme................................................................................................................................................................ 21

26 LES PROJETS PROPRES A LA COMMUNE....................................................................................................... 23

241 La gestion communale............................................................................................................................................. 23

Les conseillers municipaux............................................................................................................................................ 23

Le budget municipal....................................................................................................................................................... 23

242 Les « principaux projets » votés en 1999............................................................................................................... 28

Partie 3 : LA POPULATION.......................................................................................................................................... 29

31 La Population totale............................................................................................................................................... 29

311 Evolution de la population depuis 1801................................................................................................................. 29

312 Pyramide des âges................................................................................................................................................... 30

313 Comparaison avec la situation du canton et du département:................................................................................ 31

314 Les variations de la population............................................................................................................................... 32

315 Structures des ménages........................................................................................................................................... 36

316 Structure de l'habitat............................................................................................................................................... 37

32 Population active.................................................................................................................................................... 38

321 La population active ayant un travail..................................................................................................................... 38

322 Les chômeurs.......................................................................................................................................................... 41

323 Le lieu de travail...................................................................................................................................................... 43

325 Conclusion.............................................................................................................................................................. 45

PARTIE 4 : L’ECONOMIE.................................................................................................................................................. 46

41 Les Caractéristiques de l’agriculture.................................................................................................................. 46

411 Les productions...................................................................................................................................................... 46

412 NOMBRE D’ACTIFS ET DE SALARIES........................................................................................................... 47

413 EVOLUTION DU CHEPTEL............................................................................................................................... 48

414 Le statut des EA..................................................................................................................................................... 49

415 La succession.......................................................................................................................................................... 49

416 Les qualifications.................................................................................................................................................... 51

42 ATOUTS ET CONTRAINTES DE L’AGRICULTURE.......................................................................................... 52

43 SYNTHESE DE L’ENQUETE AUPRES DES AGRICULTEURS........................................................................ 54

44 Le potentiel d'emplois sur St Rémy-des-Monts................................................................................................... 58

441 Des commerces et de l'artisanat.............................................................................................................................. 58

442 Les entreprises implantées localement................................................................................................................... 60

Conclusion générale....................................................................................................................................... 62

 


 

Saint-Rémy-des-Monts

 

 

 

 

 

Origine Patronymique

 

 

 

La commune tient son surnom de la situation élevée du bourg par rapport au reste de la commune.

 

 

 

 

Historique

 

 

 

 

 

Vers l’an 1660,une maladie épidémique et contagieuse s’étant déclarée dans le pays et faisant de grands ravages à Saint-Rémi, un curé de cette paroisse, P.Coutelle, eut l’idée d’y former ,en 1665, une société d’hommes pieux et charitables ,à l’instar des confréries de pénitents qui existent en Italie, lesquels se chargeaient d’ensevelir et d’inhumer gratuitement les victimes de ce fléau ;de donner même des soins et des secours aux malades particulièrement en linge. Ce vénérable curé dota cette association d’une grande partie de ses biens, ce qu’imitèrent plusieurs familles pieuses du pays …

 

Extrait de l’historique de la commune (source mairie de Saint Rémy-des-Monts)


Introduction

 

 

 

Le pays du Saosnois réserve bien des surprises à ses visiteurs :des étendues verdoyantes où subsistent encore de nombreux fours à chanvre ,dont certains ont été restaurés et témoignent de l’intense activité de cette production qui s’avérait primordiale pour l’économie agricole sarthoise

Situé au nord du département de la Sarthe ,dans le canton de Mamers ,Saint Rémy-des-Monts dresse le clocher de son église romane du 11ème siècle .

 

Le but de ce travail est d’étudier la commune sous ces aspects sociaux et économiques les plus divers .Comment s’exprime la « ruralité » de la commune ?. Nous verrons qu’il s’agit d’un cas limite de la ruralité .Mais cela reste toutefois extrêmement intéressant.

La problématique est double :comprendre la dynamique interne de Saint Rémy-des-Monts et comprendre comment et pourquoi elle interagit avec un environnement intercommunal qui possède lui même une dynamique particulière.

 

En effet et on le verra tout au long de l’étude qu’il est indispensable de comprendre le fonctionnement du canton afin de mieux comprendre le fonctionnement de Saint Rémy-des-Monts. Nous étudierons Saint Rémy-des-Monts au sein de son environnement et tenterons de faire ressortir les particularités de cette commune. Puis nous étudierons la population rémymontaise et l’économie de la commune en insistant sur l’agriculture.

 

Enfin, cette enquête n’aurait pas pu se réaliser sans l’aimable participation de l’équipe de la Marie de Saint Rémy-des-Monts .Je remercie Monsieur le Maire ,messieurs les adjoints et mesdames messieurs les conseillers municipaux.

Je tiens à remercier également tous les exploitants agricoles de la commune pour leur participation à l’enquête et à l’accueil chaleureux dont j’ai bénéficié.

 


Partie 1 : SITUATION GENERALE

 

11 L'espace administratif

 

 

La commune de Saint-Rémy des monts se situe dans le nord du département de la Sarthe (région Pays de la Loire) .Cette commune appartient au canton de Mamers qui regroupe 18 communes.

 

Le canton se situe dans la région naturelle du Perche (Mamers, Marolette, Saint Vincent des Prés, Saint Pierre des Ormes, Commerveil, Saint-Rémy des Monts, Contilly).

Autres régions naturelles proches: la plaine d’Alençon (Pizieux ,Louvigny, Panon, Vezot, Saosnes, Saint-Longis) la plaine Normande (Les Mées, Saint Rémy-du-Val) et du Saosnois.(Saint-Calez en Saosnois) .

 

Le Mans ,le chef-lieu de la Sarthe, est à 40 km au sud-ouest ,Mamers ,sous préfecture à 5km au nord-ouest. Notons également qu'Alençon (chef-lieu de l'Orne (Basse Normandie)  n'est qu'à 25 km au nord-ouest de Saint-Rémy des monts. 

 

 

 


St Cosme en Vairais

 

Mamers

 

St Rémy-des-Monts

 

Source :brochure:mairie de St Rémy- des- Monts

 


 

12 L'espace naturel

 

121 Le relief

 

St Rémy-des-Monts se trouve au sommet d’une petite butte à 250m d’altitude.

 

 

122 L'hydrographie

 

 

Le réseau hydrographique

 

 

La carte ci dessous permet de situer les différents cours d’eau qui passent à proximité de St Rémy

 

On observe le passage de nombreux cours d'eau dans le canton

 

 

 

Source :chambre d’agriculture du Mans 1995

en bleu les cours d'eau les plus proches de St Rémy des monts)

 

Cours d'eau

 

Saonette

Petite chasse

Collinière

Haute roche                             Bienne

Vallée Létrie

Bretèche

Houx

Gué d'Orthon

Lantelles

Becherelle

 

Rutin

Guffre de Bonvoisin                 Dive

Moire

 

Guillotetie

Courgenard

Mazure

Guette

Forbonnais                              Orne Saosnoise

Guemançais

Guentière

 

Mottes                                    Mortève

 

 

 

 

123 La Géologie et la géologie :on est essentiellement sur de la roche mère de type calcaire (marnes calciques du tertiaire)

 

 

Le canton de Mamers possède un sol de nature relativement hétérogène ,à dominante argilo-calcaire. On trouve également du limon et du sable sur respectivement 28% et 22% des communes .11% des communes du canton ont un sol contenant du gravier .

A St Rémy on a des sols surtout limoneux et argilo-calcaire.

 


124 La Climatologie 1987-1997:

 

Température    moyenne          minimale: 1.1°C

                                               maximale: 25.2°C

                                               moyenne : 12.5°C

 

Précipitations moyennes par an : 607 mm.

 


                           Source :météo France 1997

 

 


La commune bénéficie donc d'un climat océanique à influence continentale.

 

 

Conclusion : L’espace naturel est favorable au développement de l’activité humaine et notamment de l’agriculture. Le type de sols qu’on trouve sur la commune ont une bonne réserve utile .L’observation des niveaux de précipitations font penser qu’on a peu de chance de connaître des risques important de déficit hydrique même au mois de juin ,juillet.

Le climat et les sols montrent la possibilité de cultiver du blé ,du maïs et les autres cultures classiques (colza ,tournesol, pois ,protéagineux)

Les prairies permanentes peuvent atteindre une production quantitative et qualitative de bon niveau permettant la valorisation de l’herbe par les ruminants particulièrement les bovins .

 

 

 

 

 


PARTIE 2 :

SAINT-REMY-DES-MONTS AU SEIN DU CANTON DE MAMERS

 

 

Saint-Rémy fait partie de la communauté de communes du Saosnois ,celle-ci regroupe 23 communes. Ce sont les 18 du canton de Mamers avec Aillères–Beauvoir, Blèves ,Les Aulneaux ,Louzes et Neufchâtel-en-Saosnois.

Elle a été crée le 1er janvier 1995.Le président actuel est M.Chauveau.

Le siège social de la Communauté de Communes se situe à Mamers .

Le but de la Communauté de Communes du Saosnois est d'associer des communes au sein d'un espace de solidarité, en vue de l'élaboration d'un projet commun de développement et d'aménagement de l'espace, et de réaliser ainsi des économies de gestion. L'ensemble des communes adhère à la totalité des compétences définies ci-après :

 

Ses principaux domaines de compétence :

 

¨      Aménagement de l'espace

¨      Actions de développement économique

¨      Voirie communale

¨      Entretient du patrimoine

¨      Transport (minibus)

¨      Chantier ,formation

¨      Environnement (collecte et élimination des déchets, aménagements, plantations…)

 

Objectifs:

 

Le but de cette partie est de comprendre quelles sont les interactions qui existent entre la commune que nous étudions et  son environnement proche :le canton .Le 2ème objectif est de mettre en lumière les similitudes et les particularités vis à vis des autres communes voisines .

 

21 LES INFRASTRUCTURES

 

211 Les moyens de transport reliant la commune avec l'extérieur .

 

Ce canton n'est pas desservi par le train .Il n'y a pas de voies de chemin de fer à moins de 30 Km. Les gares les plus proches sont celles de Nogent le Retrou (Eure et Loire,TER) et du Mans (TGV,TER). Cependant les services de transport sont assez bien représentés sur le canton .

Il existe un service de minibus :La ligne n°12 relie St-Rémy-des-Monts à Mamers (six allers retours par jour) et St-Rémy-des-Monts au Mans (six allers retours par jour également)

Le service de cars est particulièrement bien assuré puisque la majeure partie des 18 communes bénéficie de navettes les reliant ,soit au chef-lieu de canton (56%),soit au Mans (22%).

En outre ,seulement deux communes bénéficient d'un service de taxi (Mamers et St Cosme-en-Vairais).

On trouve de nombreuses routes départementales proches  .

La départementale D 311 passe dans le canton ,elle relie Alençon à Mamers.

La D 2 relie Saint-Rémy-des-Monts à Mamers et passe à St Cosme- en-Vairais.

La D 109 relie Saint-Rémy-des-Monts, Saint Pierre des Ormes et Saint Vincent des Prés.

On peut noter l'importance des routes départementales dans le canton .

Pour information

On trouve les D 938 et D 301 qui relient Bellême au Mans passe à Saint-Cosme-en-Vairais.

Il y a aussi les D 300, D 3, D 38, D 113 reliant Mamers à respectivement Marolles-les-Braults, Blèves et Marolette ,Commerveil, Contilly

En revanche ,le canton de Mamers ne bénéficie pas de le desserte de route nationale. Cependant ,un échangeur autoroutier se situe à proximité du canton (La ferté Bernard ). Cela confère une bonne ouverture par rapport à la région parisienne  et aux provinces de l'Ouest.

 

Conlusion: D'une manière générale le canton bénéficie d'un réseau routier satisfaisant .Ainsi , Saint-Rémy-des-Monts présente une ouverture sur l'extérieur très correcte. On peut dire  qu'il y a un désenclavement grâce à ce réseau routier . Malgré tout il y a des insuffisances .L'absence de réseau ferroviaire est un point négatif qui rend la commune moins accessible lorsqu'on a pas de véhicules. Il serait bien sûr plus pratique d'avoir une gare à Mamers pour éviter d'avoir à prendre le train au Mans ou à Nogent le Retrou  .Mis un tel projet n'est pas à l'ordre du jour .

 

212 Les  moyens de télécommunications :

 

La commune est connecté au réseau téléphonique France Telecom.

Les deux premiers réseau de téléphonie mobile (Itinéris ,SFR) couvre la commune avec 100% de réception. Il n'y a donc aucun soucis de ce point de vu là.

Le réseau Internet n'est pas encore très développé .Cependant on peut noter que la Mairie de Mamers possède son site (www.mairie-mamers.fr ) et qu'il existe également un site dédié ao Saosnois (www.saosnois.com) .On peut espérer que dans un délai raisonnable les nouvelles technologies diffusent sur le reste du canton et en particulier à St Rémy pour que la commune soit directement connecté au grand réseau mondial. .

 

213Liaison administrative avec le centre névralgique: Mamers

 

En effet A St Rémy en dehors de la mairie ,il y a aussi un bureau de poste ouvert l'après midi en semaine (13H45 à 16H45) et le samedi matin de(8H30 à 11h).

Pour les autres services publics il est nécessaire d'aller à  Mamers. On va retrouver un ensemble très complet de services .

 

La Sous Préfecture

L'hôtel De Ville

La Trésorerie

Hôtel Des Impôts

Tribunal De Commerce

Tribunal d'Instance

Gendarmerie

PTT

EDF-GDF

Service des Eaux (C.F.S.P)

Service de L'Equipement (D.D.E)

Agence Nationale pour L'Emploi

Office du Tourisme du Mamers Et du Saosnois

Communauté de Communes du Saosnois

Crèche Familial Municipale

Centre Social

Centre Social Rural

Pompes Funèbres

 

 

Les habitants de St Rémy bénéficie pleinement des services offerts par la ville de Mamers de part sa proximité avec elle. Le défaut de services (qui est compréhensible pour une petite commune comme St Rémy ) est bien compensé par la présence proche de Mamers.

 

 

 

214 Santé et protection civile

Il n'y a pas de médecins à St Rémy. Les habitants vont se faire soigner à Mamers où on trouve généralistes et spécialistes .

 

8 médecins généralistes libéraux.

1 cardiologue

1 cabinet dentaire avec 4 chirurgiens dentistes.

3 pharmacies

1 ensemble de laboratoires d'analyses médicales

1 cabinet infirmier

1 centre de soins infirmiers

Masseurs-kinésithérapeutes: 1 Cabinet (avec 2 praticiens) + 2 indépendants

1 ophtalmologiste

2 opticiens

1 O.R.L

1 cabinet de 2 orthophonistes

1 pédicure-podologue  

1 psychiatre

1 cabinet de radiologie

1 association de soins à domiciles pour personnes âgées.

 

 

 

Il y a un hôpital à Mamers :Centre hospitalier situé sur la route du Mêle-sur-Sarthe.

Par contre il n'y a plus de maternité depuis trois ans. Les "heureux évènements " sont délocalisés à Alençon ou au Mans.

 

 

Il est  intéressant de constater que bien que St Rémy soit totalement dépourvu de médecins il  y a pas de gros problèmes concernants les services de santé. La proximité de Mamers est bien sûr un gros avantage .L'absence de maternité à Mamers est le seul véritable point faible dans la large panoplie des praticiens médicaux .

Pour les animaux ,il existe une clinique vétérinaire située toujours à Mamers.

 

 

Au niveau des services de santé ,le canton se trouve dans une très bonne position .Les habitants (à environ 70%) ont accès à la médecine de ville ,à la pharmacie et aux infirmiers et bucco-dentaires dans une proportion supérieure à la Sarthe rurale .Alors que dans le laboratoire d'analyses médicales et les maisons de retraite sont inexistants en Sarthe rurale ,le canton est lui très bien placé, même mieux que dans le département de la Sarthe

 


 


            Source :Communoscope 1988,Recensement

 

 

 

Le graphique montre une très bonne situation du canton par rapport aux services de santé en comparaison avec la Sarthe rurale et quelques fois la Sarthe. Toutefois toujours d'après le communoscope on relève une diminution du nombre de médecins sur le canton depuis 1988(11 contre 13) qui exerce dans 3 communes du canton. Les autres sont aujourd'hui autant présents qu'il y a 10 ans .

 

 

 

En terme de secours on trouve à Mamers

 

1 caserne de  pompiers

2 services d'ambulances

Il existe également deux sociétés de taxi.

 


La dépendance du point de vue du secteur public de St Rémy vis à vis de Mamers s'explique en grande partie par le fait que Mamers soit la sous préfecture du département de la Sarthe .

La ville de Mamers est donc fortement marquée par l'administration publique.

Cette situation de supériorité administrative de Mamers  ne concerne pas uniquement St Rémy mais également l'ensemble des autres communes du canton.

Regardons en détails de quoi il en retourne exactement .

 

 

 

Etablissement

 

Activité

 

Commune

Centre hospitalier

Santé

Mamers

Lycée Général et technique et collège Alexandre Mauboussin

Education

Mamers

Caserne Gaulois

Gendarmerie

Mamers

Mairie de Mamers

Services Administratifs

Mamers

Direction des services fiscaux de la Sarthe

Administration fiscale

Mamers

Centre de secours de Mamers

Sécurité

Mamers

Direction Départementale de l'équipement

Equipement

Mamers

Lycée et Collège St-Paul- Ste Marie

Education

Mamers

Ecoles maternelles et Primaires

Education

Mamers

Sous-préfecture de la Sarthe

Administration

Mamers

Trésorerie Généralede la Sarthe

Administration fiscale

Mamers et

 St-Cosme-en-vairais

Tribunal d'instance et

Tribunal de Commerce

Justice

Mamers

ANPE

Administration

Mamers

ASSEDIC

Administration

Mamers

Collège St Cosme

Education

St-Cosme-en-Vairais

 

 

Il est clair que les services public basés sont  presque tous basés à Mamers.

 

 

 


 22 L 'EDUCATION

 

 

 

 Il y a en fait un regroupement pédagogique.

Les classes de Saint Rémy des Monts sont regroupées au sein d'un syndicat intercommunal à vocation scolaire, le SIVOS de la Dive. Les communes associées sont Moncé en Saonois , Saint Vincent des prés et Saint Rémy des Monts. A Saint Rémy, on trouve la petite et moyenne section de maternelle, , le CE1 et CE2 .

Le grande section maternelle, le CP, le CM1 et le CM2 sont à St Vincent des prés. Il n'y a pas de classes à Moncé en Saonois.

 

 

 

Remarque: en 1999  86 enfants de ces trois communes et des communes rattachées fréquentent les écoles du Sivos .

Moncé en Saonois: 13 enfants

Saint Rémy des Monts: 39 enfants

Saint Vincent des prés: 31 enfants

Saint Pierre des Ormes: 2 enfants

Commerveil: 1 enfant

 

 

 

221 Le transport des élèves

 

 

 

Le transport des enfants de Saint Rémy des Monts est asuré vers St Vincent par le service de la STAM n°316/601.Le matin :8H35 et le soir retour vers 16H50

La cantine scolaire

Chaque midi ,la cantine accueille environ 30 enfants. Les repas sont réalisés par Madame Leveque et l'encadrement est assuré par Mme Nicole Delaunay .Le prix du repas est fixé annuellement.

En 1998/1999:16 F et le repas occasionnel 24F.

Administrateur de la cantine scolaire

La garderie scolaire est assuré chaque jour de classe par Mme Nicole Delaunay de 6H45 à 8H50 (Tarif: 25F la semaine). 

 

A partir du collège les enfants vont essentiellement à Mamers

 

 

Treize communes sur les dix-huit (soit 72%) que regroupe le canton de Mamers ne disposent pas de structures scolaires .Cinq communes ont au mois une école primaire (soit 28% des communes du canton) où le plus souvent une cantine fonctionne et où  un ramassage scolaire est assuré.

 

 

Mamers et Saint-Cosmes-en-Vairais sont les deux seules communes à disposer de collèges et de lycées. Mamers compte deux collèges ,deux lycées d'enseignement général et un lycée d'enseignement professionnel . On peut dire que le chef-lieu est bien équipé

Saint-Cosmes-en-Vairais possède un collège.

Les ramassages scolaires sont assez bien assurés et les distances parles élèves sont généralement faibles .

 

 

On observe donc une forte attractivité de Mamers sur les autres communes du canton .

Saint-Rémy-des-Monts n'échappe pas à la règle.

Le chef-lieu de canton accueille également des jeunes du canton de Saint Paterne .

De manière générale ,les effectifs sont en baisse et on constate une diminution du nombre de classes depuis 1988.

 

 


23 Les équipements communaux

 

 

231 Le réseau d'assainissement

 

Saint-Rémy-des-Monts possède son propre réseau séparatif.. Si on compare sa situation aux autres communes, on peut noter que les communes plus petites n'ont pas de réseau d'assainissement. Dans leurs cas le traitements des eaux usées est donc individuel

En dehors de Mamers et de Saint-Cosme-en-Vairais qui de part leur taille possède respectivement un réseau séparatif ; une décantation par aération et la lagune des Contres (construite en 1987), les autres communes qui sont de tailles comparable à St rémy ont une fosse septique pour le stockage de leurs eaux. Chacune procède par la technique de l'épandage (Les Mées ) ,soit utilisent des lagunages (Saint Longis ,Saint Calez en Saosnois, saint Rémy du Val ,St Vincent des prés ).

 

Les habitants de Saint-Rémy-des-Monts, dont les installations d'assainissements ne sont pas branchées au réseau collectif, ont reçu en 1999 un questionnaire concernant leurs installations car, parallèlement à la révision du POS ,une étude avec prescription d'une enquête publique est en cours et permettra de délimiter le pourcentage de zones d'assainissement collectif et les zones d'assainissement non collectif .

 

L'étude porte sur l'ensemble de la commune et est menée par la société Aster.

Le premier objectif est d'ordre réglementaire.

L'étude permet à la commune de se mettre en conformité avec la loi sur l'eau n°92-3 du 03 janvier 1992 qui stipulant que l'eau fait partie du patrimoine commun national, que la protection de l'eau, sa mise en valeur et le développement des ressources sont d'intérêt général ,que l'usage de l'eau appartient à tous .

A ce titre ,la loi sur l'eau implique que les communes doivent délimiter ,après enquête publique ,les zones d'assainissements collectif ou non collectif ,les zones où les mesures doivent être prises pour limiter l'imperméabilisation des sols ,et les zones où il doit être prévu des installations éventuelles de collecte.

 

La mairie ne souhaite cependant pas que l'étude général se substitue aux études de filières d'assainissement autonome de la parcelle non raccordable au collectif

 

Enfin la Mairie de Saint Rémy rappelle aussi dans son article du bulletin municipal n°10 de juin 1999 que pour les matières de vidanges de fosses toutes eaux, l'organisme assurant la vidage doit fournir à l'occupant ou au propriétaire un document conforme sur lequel paraîtra la date de vidange ,les caractéristiques ,nature et quantité de matières éliminées, le lieu de transport et la délimitation des matières.

Les produits de vidange doivent être dirigés vers des stations d'épuration spécialement équipées de fosses de réception .


232 Les ordures ménagères

 

La question est où vont les ordures des Rémymontais une fois qu'ils ont jeté leurs poubelles.?

 

Encore une fois effet collectif oblige, il y avait en 1988 à St Longis un dépôt autorisé commun à Saint-Rémy-des-Monts ,Mamers et les autres communes environnantes.

Mais depuis le 1er mai 1997 ,date de l'interdiction européenne de dépôts d'ordures ,de nouvelles mesures ont été prises. La communauté de Communes a cherché cependant une solution à ce problème de dépôt (la situation est donc provisoire pour le moment).

 

Il existait une déchetterie à Commerveil ,à saint Longis(provisoirement),Saint –Calez en Saosnois et à Villaines –le-Carelle où elle était ouverte en permanence.

 

Depuis 1996 ,la communauté de communes est responsable de la gestion du traitement des eaux usées et de la collecte des ordures ménagères .

 

En 1998 s'est décidée la construction d'un nouveau réseau de déchèteries.

L'ouverture sur Mamers a eu lieu en mai 1999 avec:

¨      un site principal à Mamers et sur Saint Rémy des Monts avec 7 bennes (au dessus de l'Intermarché qui se trouve rappelons le à la frontière entre Mamers et St Rémy)

¨      un secondaire à St Cosme en Vairais avec 5 bennes

¨      une mini déchèterie à Neufchâtel et St Rémy du val avec 2 bennes sur chaque site.

 

L'accès de 4 emplacements est autorisé gratuitement à l'ensemble des particuliers résidents de la Communauté de Communes aux jours et heures sur la plaquette remise en même temps que la carte d'accès .

Pour les artisans et les commerçants ,l'accès est également gratuit pour les ferrailles et les cartons propres .Pour les déchets industriels banals, les gravats en vrac, les papiers cartons souillés ou en mélange avec du polystyrène et du plastique est de 63 HT du m3.

La gestion de ces quatre déchèteries a été confiée ,après appel d'offres ,à la SNN (Société Normande de Nettoiement) pour un montant annuel de 929 000F.


233 Autres projets de la communauté du Saosnois

 

 

En 1998 le désir de continuer les investissements s'est confirmé avec une enveloppe de plus de 6 MF.

Nous avons déjà abordé la construction du réseau de déchèteries.

Mais il y d'autres projets qui aboutissent ou qui sont encore en cours d'élaboration

Ø      Le village d'artisans situé en zone industrielle Nord près de Vercelletto (Sosac) .Celui ci est terminé et les artisans (EBM, Menuiseries du Saosnois ,Le Sarazin, Eimegée et la chambre des métiers ),commencent à s'y aménager.

Ø      La construction d'un bâtiment d'accueil de 600 m2 près à louer ou vendre à un industriel ou un artisan désirant s'installer dans la région .

Ø      L'aménagement d'une parcelle sur la zone 'activité du Saosnois pour la société Fontaine .

Ø      Achat à Neuchâtel en Saosnois d'une maison d'habitation située à l'entrée du terrain de la Vallée Caget où sera implantée la future maison des randonnées.

Ø      Numérisation des zones d'activités(ZA)

·        L'objectif est de disposer d'un ensemble de plans utilisable par chaque collectivité.

·        De constituer une base évolutive des surfaces disponibles et de localiser ces entreprises par utilisation informatique.

·        D'utiliser ces cartes lors de la présentation de la Sarthe sur Internet.

·        De disposer des documents pour le comité d'expansion économique à l'attention des investisseurs potentiels

 

Cette cartographie aura trois niveaux ;la Sarthe ,le bassin économique, les zones d'activité (ZA du Saosnois ,ZA de St Cosme en Vairais).

 

Ø      Achat de composteurs :Une demande de subvention a été déposée auprès du conseil général de la Sarthe car la subvention initiale a été ramenée de 50 à 30% et de plus est conditionnée à la mise en place d'un appui technique .La commission va étudier les différentes offres de modèle et de prix .

Ø      Reprise de concession et de la gestion du Belvédère de Perseigne :

 

Jusqu'à l'année dernière, le belvédère de Perseigne était géré par le comité Départemental du tourisme ,le conseil général étant lié à l'offre National de forêts (propriétaire des lieux) par une convention. Pour des raisons techniques ,(proximité, meilleures cohérences) le conseil Général a souhaité confier cette gestion à une structure locale, la Communauté de Communes.

 

Ø      ORAH

Dans le cadre du CRD (Contrat Régional de Développement ) une nouvelle ORAH (Opération de réhabilitation et d'amélioration de l'habitat )est mise en place sur l'ensemble de la Communauté de Communes. Elle s'adresse à tous les propriétaires pour des maisons ou immeubles de plus de 20 ans ,suivant certaines conditions de ressources .La subvention allouée peut atteindre 25% du montant des travaux avec un maximum de 20 000F.

 

En conclusion, on peut dire que la Communauté de Communes du Saosnois montre une vraie volonté d'investissement et de développement .Une commune comme St Rémy profite de cette dynamique collective pour son propre développement.


24 Le budget communautaire auquel participe Saint-Rémy-des-Monts

 

Compte administratif 1998

 

 

Section fonctionnement

 

Dépenses

 

Charges à caractères générales

3 423 459

Achats non stockables

68577

Services extérieurs

Dont 2 919 496F (ordures ménagères)

Autres services extérieurs

Impôts ,taxes diverses

3 078 819

 

239 930

36 137

Charges de personnels

1 076 037

Autres charges de gestion

1 005 650

Charges financières

265 170

Charges exceptionnelles

166 221

Dotations aux amortissements

156 632

Total des dépenses

6 093 171

 

 

RECETTES

 

Produits des services et ventes

Impôts et taxes dont 2 563 859 F de taxes d'ordures ménagères

14 454

3 703 000

Dotations subventions participations

2 596 410

Autres produits de gestion courante

228 042

Atténuation de charges

455 968

Produits exceptionnels

175 494

Excédent de fonctionnement reporté

725 634

Total des recettes

7 899 002

Source bulletin municipal n°10 (juin 1999)Mairie de StRémy des Monts

 

Les recettes sont effectivement supérieures aux dépenses .La situation en 1998 est saine .

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Section d'investissement

 

Dépenses

 

Déficit d'investissement reporté

1 901 717

Emprunts et dettes assimilées

225 389

Immobilisations incorporelles

19 771

Immobilisations corporelles

Opérations économiques 

23 847

3 906 243

Total des dépenses

6 076 975

 

 

Recettes d'investissement

 

Dotations et fonds divers

366 958

Subventions

2 828 731

Provisions réglementées

11 369

Emprunts

1 258 488

Cession d'immobilisation

160 000

Amortissement des immobilisations

145 263

Total des recettes

4 770 810 F

Source :bulletin municipal n°10 ,budget municipal

 

Les subventions accordées pour 1999

 

Office du tourisme de Mamers et du Saosnois :297 440 F

Association Saosnoise d'insertion (Rmistes) :     120 000 F

Comité d'expension économique 5000 F

 

Autres mesures prises par le conseil communautaire :

Le 24 mars 1999 a été décidée l'augmentation des taux d'imposition inter communaux de la façon suivante:

 

 

Taxes

1998

1999

Moyenne nationale

Taxe d'habitation

0.389%

0.616%

1.51%

Foncier bâti

.63%

.998%

2.32%

Foncier non bâti

0.893%

1.414%

6.51%

Source :bulletin municipal n°10 ,les taux d'impositions

On remarque que même après augmentation de près de +63 % ,les taux des taxes restent bien en dessous de la moyenne nationale .

 

La taxe professionnelle: 0.332% et la taxe professionnelle de zone 8% sont inchangées. D'après la mairie de St Rémy entre 1998 et 1999 il y a une augmentation de 25 F pour une valeur locative de 10430F pour la taxe d'habitation

 

 


 

25 Le tourisme

 

 

La commune de Saint-Rémy-des-Monts n'est pas vraiment un lieu touristique .La seule curiosité touristique mais elle n'est pas négligeable est son église romane du 11ème siècle qui abrite à l'intérieur un tableau du Baptême de Clovis par St Rémi. La commune est d'avantage un lieu de passage qu'un lieu où on s'arrête.

 

 Remarquons que dans le secteur l'architecture religieuse est une des grandes attractions culturelles.(citons pour information la présence des sarcophages mérovingiens à Contilly, les églises romanes du 16ème siècle à Louvigny et St Pierre des Ormes (et son château de Chamfortière).La ville de Mamers possède également un patrimoine historique et architectural très riche (Eglise St Nicolas, les Halles datant de 1818; les Coulées datant du Moyen-âge menant à l'église de Notre Dame du 15ème siècle et le prieuré datant du 12ème siècle.

 

 

 

 

 

 

 


 

Cependant la commune fait partie d'un secteur dynamique du point de vue touristique.

Situé au nord de la Sarthe ,le canton de Mamers offre un attrait touristique important lié à la région naturelle du Maine Normand .Les paysages comme les traditions sont restés intacts.

 

Le cadre touristique est très propice au sport nature. En effet un itinéraire de Grande randonnée G.R 235 (Tour de la Sarthe pedestre) passe à Saint-Rémy-des-Monts (circuit n°5).

La pratique du VTT est aussi très répandue sur le territoire grâce notamment à 5 circuits au départ de Mamers ,offrant au total 94Km de pistes. Ces sports en famille permettent de mieux découvrir la beauté des paysages. Il existe un circuit de randonnées équestres à 10 Km de Saint-Rémy-des-Monts (Tour de la Sarthe équestre) .Il y a une école d'Equitation avec la club Hippique du Saosnois à Mamers.

Il faut également noter la possibilité de découvrir l'ULM à Commerveil grâce au club su Saosnois.

NB: 2 des agriculteurs interrogés pour l'enquête sont adhérents à ce club.

 

On peut donc dire que Saint-Rémy-des-Monts bien que relativement dépourvue d'attrait touristique se situe dans un environnement à fort potentiel .

 

Il serait peut être intéressant pour la commune de développer ses capacités d'accueil des visiteurs  pour mieux profiter ce cette manne touristique si proche. 

Il n'y a pour l'instant au niveau hébergement qu'une seule chambre d'hôtes "les Terres Noires" (2 épis) .ce qui représente 7% du nombre de chambres d'hôtes du canton (15 au total).

Il existe également sur les autres communes des hôtels-restaurants ,des gîtes ruraux et un camping (150 emplacements à Mamers).

 

 

 

 

Conclusion sur la notion de ruralité

 

La proximité de Mamers pose un problème quant à la notion de rualité .Avec +de 6000  habitants ,Mamers est presque un pôle urbain et tend à cour terme à en devenir un.

Par conséquent nous sommes quasiment dans une zone périurbaine .

C’est intéressant d’observer ce cas limite de la ruralité .Puisqu’on a toujours du mal à mettre une frontière .Alors oui Mamers est techniquement un gros pôle rural, mais  avec tout ce qui caractérise un pôle urbain sauf pour le nombre d’habitants (<8000).

Cela fait de St rémy une commune qui s’urbanise et s’éloigne de la ruralité.

 

 

 

 

 


26 LES PROJETS PROPRES A LA COMMUNE

 

 

Avant d’être une commune de la communauté du Saosnois Saint-Rémy-des-Monts possède une dynamique interne que nous allons prendre soin d’étudier

 

241 La gestion communale

 

 

Le conseil municipal est composé de 15 personnes.

 

Le maire: Jacques Leveque

Les adjoints :    georges Mulot

                        Jean-Claude Ory

                        Roland Dagron

 

Les conseillers municipaux

Michel Abot

Jean-Claude Briant

Elisabeth Creance

Raymond Froger

Liliane Hascoet

André Juglet

Roland Juglet

François Kergosien

Henri Lhomme

André Poirier

Rèmy Yvon

 

La commune applique la M14 et le changement s’est bien passé.

 

Le budget municipal

 

Il se divise en deux parties :la section de fonctionnement et la section d'investissement.

 

 

SECTION FONCTIONNEMENT

 

Dépenses de fonctionnement

Participation et subvention

802 424

Frais de personnel

487 864

Frais d'entretien et aménagement

126 824

Frais de gestion

46 428

Fournitures

83 329

Provisions de charges

80 000

Total dépenses

1 626 869 F

 

Source :Mairie ,budget communal 1998


 

 

 

 

 

 


Recettes de fonctionnement

Contributions directes

775 453

Dotations

546 020

Locations immobilières

234 730

Droits d'exploitation ,autres taxes,

  59 900

Compensations, exonérations (Etat)

  86 100

Produits exceptionnels

220 460

Divers

  68187

Excédent de fonctionnement (produits antérieurs)

  37700

Recettes totales

2 028 450F

 

 

Les recettes de fonctionnement sont supérieures au dépenses .La situation est donc bonne .


Source :Mairie ,budget communal 1998

 

 


Les recettes de fonctionnement ont trois grandes origines

 

Tout d'abord les contributions directes :parmi lesquelles on trouve :

La taxe d'habitation

Le foncier bâti

Le foncier non bâti

La taxe professionnelle.

 

 

Ensuite arrive les dotations :

Dotations forfaitaires :              461503

Dotations solidarité rurale                      25382

Dotations spéciales instituteurs 13924

Dotations générale centralisation          44113

Dotations de l'Etat                                10100

 

Le troisième important poste de recettes de fonctionnement concerne les locations immobilières .

La commune retire un bénéfice de la locations de ces immeubles 234730 F en 1998.

La location de l'immeuble des Marronniers (de sept à déc ) est estimée dans le budget prévisionnel 99 à 49500F .

 

 

 

SECTION D'INVESTISSEMENT

 

DEPENSES INVESTISSEMENTS

 

Emprunts en Francs

239 215

Dépôt et cautionnements

9 110

Brevets Licences concessions

11 457

acquisitions de terrains

222 157

Matériel de transport

500

Autres immobilisations corporelles

4 068

Terrains voiries Terrains aménagement

92 550

Constructions de 5 logements locatifs

337 480

Installations techniques

53 511

Déficit d'investissement

373 629

Total dépenses

1 343 677


Source :Mairie ,budget communal 1998

RECETTES INVESTISSEMENTS

 

Affectation résultat

379 229

FCTVA

106 099

Département (aménagement +France Télécom)

4 963

DGE Eclairage public

9 638

provision TVA(5,5%)

80 000

Emprunt Installations F.T et Eclairage Public

150 000

Emprunt en francs refinancement

8 717

Dépôts et cautionnement reçu

7 153

Cession des terrains

213 828

Asel

12 268

Total recettes

971 896

Source :Mairie ,budget communal 1998

Les recettes ne couvrent pas les dépenses d’investissement .Le budget d’investissement souffre d’un déséquilibre

En dehors de ce budget municipal qu'on qualifiera de principal ,on retrouve des budgets annexes .

 

 

 

Budget Annexe Lotissement

 

FONCTIONNEMENT

Dépenses

327 502

Recettes

327 502

INVESTISSEMENTS

Dépenses

327 502

Recettes

450 000

Résultat global de clôture

122 497 F

Source :Mairie ,budget communal 1998

 

Le budget est même excédentaire .La situation est satisfaisante.

 

Budget Annexe Assainissement .

 

FONCTIONNEMENT

Dépenses

43671

Recettes

84857

INVESTISSEMENTS

Dépenses

163 887

Recettes

  92 930

Résultat global de clôture

-29 772 F

Source :Mairie ,budget communal 1998

 

 

Il y a un léger déficit.


 

242 Les « principaux projets » votés en 1999

 

 

Enfouissement des réseaux France Télécom EDF et Eclairage public.(déjà réalisé)

 

A l’occasion du projet présenté par le service d’électrification rurale concernant l’enfouissement des réseaux électriques et la suppression des supports en béton existants, le conseil a été amené à réfléchir sur la possibilité de réaliser dès cette année des travaux d’éclairage public en parallèle à l’enfouissement du réseau de télécommunications.

L’éclairage public étant vétuste et actuellement placé sur les supports devant être supprimés ,le conseil a décidé d’inscrire au budget ces travaux pour lesquels une partie est prise en charge par le Département .

 

Aménagement d’une aire de loisirs (en cours de réalisation)

 

Une partie de champ de St Rémy sur lequel le lotissement est en cours de construction ,n’est pas constructible, une surface d’environ 4 hectares permet d’aménager une aire de loisirs et de promenade . Cette surface proposera un bassin d’environ 4000 m2.Il sera utilisé pour recevoir les eaux pluviales du lotissement et comme bassin de pêche pour les amateurs .

Des allées piétonnes autour du bassin et autour du lotissement ,aménagées d’un parcours santé, ainsi que d’aires de pique nique.Des zones de bicross. Une plaine de jeux pour les petits près des logements locatifs

Ce projet sera bordé de haies et plantations diverses afin de former des bosquets, des allées ombragées,etc…

 

Le nouveau lotissement des marroniers :ce sujet est développé dans la partie suivante (la population )

 

Conclusion : on peut noter un vrai dynamisme interne à la commune ,les élus réflechissent à l’aménagement de l’espace communal et montent des projets intéressant..

 

 

 


Partie 3 : LA POPULATION

 

 

31 La Population totale

 

 

       311 Evolution de la population depuis 1801

 

 


Source des chiffres de 1801 ,1832 et 1850 proviennent de l'almanach manceau (année 1851) ceux de 1901 et 1931 des dénombrements de la population , publié par le ministère de l'intérieur .

La mairie de St Rémy des Monts doit ces chiffres à l'obligeance de M de Béranger ,Archiviste de la Sarthe .

Source des autres chiffres :INSEE 1990 et recensement de la population de mars 1999

 

Interprétation:

 

On observe une augmentation de la population de St Rémy (1ère moitié du 19ème e) suivie  d'une diminution importante de la population de la commune au cours de la deuxième partie du 19ème siècle . Ce phénomène essentiellement du à l'exode rural vers les zones industrialisées va se poursuivre jusqu'au début des années 30 . En effet Entre 1850 et 1931 la population a diminué presque de moitié.

 

A partir de là on entre dans une phase de stabilité. jusqu'à la fin des années 60

Au cours des années 70 il y a eu une légère diminution (-10%) compensée par une augmentation du même ordre de telle sorte qu'en 1982 les effectifs de la population soient comparable au niveau de 1968.

En fait depuis 1975 et jusqu'à présent la population de St Rémy a constamment augmenté.(+30%).



                   312 Pyramide des âges

Source INSEE 1990

 

 

On remarque qu'en 1990 il y a un peu plus de femmes que d'hommes sur la commune.

316 femmes et 310 hommes.

27.6% des rémymontais ont moins de 20 ans et 23.8% ont plus de 60 ans .

Il y a un peu plus de jeunes que de personnes du 3ème âge. Mais la différence n'est pas immense .

 

 

St-Rémy-des-Monts présente un % de moins de20 ans à peine supérieur à la moyenne cantonale qui est de 26% et supérieur aussi à la moyenne départementale (27.3%).

En ce qui concerne les plus de 60 ans Saint-Rémy-des-Monts ,la moyenne communale est quasi identique à la moyenne cantonale (23.8% contre 24%) mais supérieure à la moyenne du département (puisque 21.2% des sarthois ont plus de 60 ans).

 

 

Le canton de Mamers est plutôt un canton qui vieilli.

 

 

 


313 Comparaison avec la situation du canton et du département:

 

L'augmentation de population que connaît St Rémy est tout à fait singulière .

Car la tendance de l'évolution des effectifs de la population cantonale est plutôt à la stagnation. Voyons cela en plus amples détails .

 

En effet le canton de Mamers a une densité de 64 Habitants au Km2 (1990 ) ce chiffre est le même en 1999.Cependant la présence d'une ville de la taille de Mamers masque la réalité.


Si on exclut la population et la surface de Mamers .On constate alors avec intérêt que la campagne mamertine est en dépeuplement puisque la densité serait alors de 31 habitants au km2^,c'est à dire un chiffre inférieur à celui de la Sarthe rurale (41) et la Sarthe départementale (83).

 

 


Source INSEE 1990

Ce graphique permet de constater une baisse de la population jeune entre 1975 et 1990 même si la part des moins de 40 ans reste toutefois la plus importante en 1990.Le solde naturel qui est de 571 en 1968 et de 520 en 1975 puis de 389 en 1982 chute en 1990 avec un solde égal à 202.Ceci nous laisse supposer que les jeunes seront de moins en moins nombreux sur le canton .

 

De même ,les gens s'installent de moins en moins sur le canton depuis environ 20 ans; Le solde migratoire qui est de –601 en 1990 était auparavant de –325 en 1975 et seulement

de –45 en 1968.

 

Ce flux de population n'est pas un phénomène nouveau puisque déjà entre 1968 et 1975 la variation de population passe de +526 à +195.

 

Dans ces conditions la question qui vient à l'esprit est comment la population de St-Rémy-des-Monts a-t-elle pu connaître une évolution radicalement différente.?

 

 

Pour répondre correctement à cette problématique il est nécessaire de comprendre comment se constitue la variation absolue de la population rémymontaise .

 

 

Qu'est ce qui distingue fondamentalement St Rémy de la tendance cantonale?

Est ce son solde naturel ou est ce que le flux migratoire joue un rôle.?

 

Voilà des questions qui méritent qu'on leur apportent des réponses .

 

 

314 Les variations de la population

 

 

TABLEAU RECAPITULATIF DES VARIATIONS DE LA POPULATION

 

 

 

62-68

68-75

75-82

82-90

90-99

Naissances

Décès

Solde naturel:

Solde migratoire apparent:

Variation absolue de population

 

Taux de variation annuel (en %)

Taux de variation annuel dû au mouvement naturel(%)

Taux de variation annuel dû au mouvement migratoire(%)

 

 

 

58

35

23

-47

-24

 

-0.70

 0.67

-1.36

46

51

-5

-56

-61

 

-1.63

-0.13

-1.50

43

53

-10

74

64

 

1.72

-.27

1.99

59

47

12

49

61

 

1.29

.25

1.03

56

50

6

12

18

 

0.31

0.10

0.21

Source INSEE 1990 et recensement de la population de mars 1999

 

 

 

Le graphique suivant permet d'appréhender plus facilement les données principales de ce tableau .


 


Source INSEE 1990 et recensement de la population de mars 1999

 

 

L'évolution de la courbe des naissances et des décès présentent une certaine symétrie .Il y a donc une évolution inverse entre 1962 et 1999.Le nombre de naissance diminue entre 62 et 82 (avec une variation plus faible entre 68 et 82)et augmente après 1982 avant de diminué à nouveau un peu entre 90 et 99.

Le nombre de décès augmente ,plus rapidement entre les périodes (62-68)et( 68-75)qu'entre   ( 68-75) et (75-82) puis diminue

Le solde naturel traduit naturellement l'écart entre les naissances et les décès.

Entre 1990 et 1999 le nombre de naissances reste supérieur au nombre de décès.

Cependant l'écart s'est un peu réduit

 

 


Source INSEE 1990 et recensement de la population de mars 1999

 


Depuis 1975 la population de la commune est en croissance .Mais c'est entre 1975 et 1982 qu'on enregistre la plus forte croissance .Ce niveau s'est maintenu pendant les 7 années suivantes puis a baissé de 60% durant la période 90-99.

Il y a un changement net entre la période 1968-1975 et la période 1975-1982 puisque il y a une inversion du signe du solde migratoire qui passe de –56 à +74 personnes.

 


 


Source INSEE 1990 et recensement de la population de mars 1999

 

Ce graphique permet de mettre en évidence le fait que c'est effectivement le solde migratoire qui contribue le plus fortement à l'évolution positive ou négative des effectifs de la populations de St Rémy des Monts .

Effectivement alors que le canton connaît un solde migratoire négatif entre 1990 et 1999 de

 -144 (source INSEE 1999),celui de Saint Rémy est positif +12.En cela la commune se démarque des autres

 

La tendance au niveau départemental est à l'opposé .La variation absolue de la population est liée à 91% au solde naturel et le solde migratoire ne contribue qu'à hauteur de 9% comme le montre les valeurs du tableau en dessous.

 

 

Sarthe

1990-1999

1982-1990

Variation absolue de population

Solde naturel

Solde migratoire apparent

+16197

14672

+1.525

+  8 886

+15 935

-  7 049

source INSEE 1999

 

Donc il y a bien une originalité de St Rémy des Monts dans l'évolution croissante de sa population et ce grâce surtout à des apports de personnes de l'extérieur .

La problématique suivante à résoudre est de mieux comprendre qui sont les gens qui se sont

installés dans la commune.


Si on s'intéresse plus particulièrement à la situation des migrations qui se sont effectuées entre1982 et 1990 voici ce qu'on peut décrypter.

 

Le lieu de naissance :Sur les 626 habitants que compte la commune en1990 :

622 sont nés en France métropolitaine .

3 sont nés hors France métropolitaine.

Soit 625 de nationalité française

1 étranger .

Au 1er janvier 1982 parmi les 626 habitants de 1990 262 n'habitaient pas à St Rémy (42% de la population totale)

 


 


Source INSEE 1990 et recensement de la population de mars 1999

 

 

Ce qui ressort de ce graphique c'est qu'à partir de 1982 on a deux grands groupes de personnes qui se sont installer à St Rémy des Monts ,d'une part surtout des couples avec enfants (majorité de petites filles!) et des retraités (11%).Les renseignements concernants la population active montre que les hommes et femmes ayant des enfants sont très majoritairement des actifs ayant un emploi. La tendance est la suivante :les couples s'installent dans les lotissements locatifs tandis que les retraités ont plus tendance à s'installer dans des maisons individuelles.

 


315 Structures des ménages

 

 

 


Source INSEE (recensement de 1990)

Il y a en en 1990 229 ménages sur la commune . D'après la mairie ce nombre est passé à 236 en 1999.

La situation en 1990 est la suivante:

 

52% des ménages sont constitués        par: des personnes seuls 16% (célibataires ou veufs(ves))

                                                           par des couples sans enfants 37%

48% des ménages sont constitués par des couples avec enfants :         1 enfant 16%

                                                                                                          2 enfants 22%

                                                                                                          3 enfants 8%

                                                                                                          4 enfants ou + moins d'1%

 

Le nombre moyen de personnes par ménage est de 2.73 en 1999 comme en 1990.

En 1990

 

82% des ménages possèdent au moins une voiture (37% en ont 2 ou plus)

 

 


316 Structure de l'habitat

 

 

1999

1990

1982

1975

1968

Nombre total de logements:

292

275

268

230

212

Nombre de résidences principales:

236

229

210

189

195

Nombre de résidences secondaires et logement occasionnels:

31

37

42

29

14


Nombre de logements vacants:

25

9

16

12

3

Source INSEE (recensement de 1990)

 

Source INSEE (recensement de 1990)

 

Remarque :en 1990,80% des résidants en résidences principales sont des propriétaires et 15% des locataires 5% sont logés gratuitement.

De même que la population ,le nombre de logements suit logiquement la même évolution globale. Le nombre de résidences principales est en augmentation constante depuis 1975.

Entre 90 et 99, il y a 7 résidences principales et 6 résidences secondaires de plus sur la commune . Le nombre de logements vacants a été presque multiplié par trois.

En 1990 85% des résidences principales sont équipés d’une baignoire ou d’une douche avec WC intérieur avec ou sans chauffage central. Ce chiffre est satisfaisant pour ce type de commune.Comme nous l'avons évoqué précédemment ,il y a deux grands types d'habitats ,d'une part des maisons individuelles et d'autre part des lotissements locatifs.

 

Un premier lotissement  comprenant 10 à 12 logements a été construit il y a 15 ans .

Depuis 5 nouveaux lotissements ont vu le jour .Actuellement 5 nouveaux lotissements.

Il y a une dynamique de construction à St Rémy des Monts qui répond à une demande au niveau du marché de l'habitation.

 

Projet de lotissement des marronniers .

Source compte rendu bulletin municipal n°10

 

Le lotissement des marronniers situé en parallèle du bourg et entre le lotissement des chamilles et le lotissement de la Roseraie débuté en 1998 avec la viabilisation des voies ,de cinq logements locatifs et de trois lots à vendre .

La viabilisation des lots restant n'était pas prévu en 1999.Toutefois vu les demandes présentées ,le conseil municipal a préféré clore ce projet qui propose 14 lots à la vente.

 


32 Population active

 

 

Dans la commune la population active s'élève à 270 personnes en 1990 soit 43% de la population totale chiffre correspond aussi à celui de la population active des communes rurales de l'ensemble de la Sarthe.

 

Le canton de Mamers compte 5339 actifs en 1990 soit 46% de la population totale. La population active de St Rémy  est composée de 246 actifs ayant un emploi (39% de la population totale et 91% des actifs) et de 21 chômeurs (soit 3.3% de la population totale et 7.8% des actifs) et 3 militaires du contingent .(Source INSEE recensement de 1990) .

Sur le canton on compte 450 chômeurs (3.9% de la population cantonale et 8.4% des actifs)

 

 

 

Donc la situation de l'emploi est à peine meilleure à St Rémy que sur l'ensemble du canton .

0.6% de taux de chômage en moins à Saint Rémy.

 


 

 


Source INSEE (recensement de 1990)

 

On trouve 5% de salariés en moins à St Rémy par rapport à la moyenne cantonale.

 

Remarque:

De 1982 à 1990 ,la proportion des non salariés a diminué de 19.6% alors que la catégorie des salariés a peu évolué au niveau cantonal.

 

 

 

321 La population active ayant un travail

 


 Source INSEE (recensement de 1990)

La majorité des gens entrent dans la catégorie autre ce qui rend difficile de connaître le détail.

 


Source INSEE (recensement de 1990)

Il y a une forte présence d'ouvriers sur le canton montrant qu’il y a de l’activité dans le secteur secondaire (cf partie Economie) .Toutes les catégories socioprofessionnelles sont en augmentations sauf les agriculteurs. Le chômage a lui aussi augmenté.


 

 


Source INSEE (recensement de 1990)

 

 

Ce qui est particulièrement notable; c'est que il y a une situation de plein emploi des hommes de la commune âgés de 45 à54 ans .L’effectifs le plus important est celui de hommes de 35-39 ans puis celui des 40-44 ans .Alors que chez les femmes la classe la plus représentée est celle des 30 –34 ans .

 


322 Les chômeurs

 

CHOMEURS SELON L'ANCIENNETE DE LA RECHERCHE D'EMPLOI

Sexe et Age

Ensemble

moins de 3 mois

3 mois à 1 an

de 1 an à 2 an

2 ans ou plus

 

Ensemble

20

7

6

3

4

 

15 à 24 ans

8

2

3

3

0

 

25 à 49 ans

11

5

3

0

3

 

50 ou plus

1

0

0

0

1

 

 

 

 

 

 

 

 

Hommes

9

2

3

1

3

 

15 à 24 ans

3

0

2

1

0

 

25 à 49 ans

5

2

1

0

2

 

50 ou plus

1

0

0

0

1

 

 

 

 

 

 

 

 

Femmes

11

5

3

2

1

 

15 à 24 ans

5

2

1

2

0

 

25 à 49 ans

6

3

2

0

1

 

50 ou plus

0

0

0

0

0

 

Source INSEE (recensement de 1990)

 

 

 

 

D'après la mairie il y a en 1999 15 chômeurs soit 25% de moins qu'en 1990 La tendance nationale de diminution du chômage concerne également la commune .

 

En 1990 on s'aperçoit qu'il y a un peu plus de femmes que d'hommes au chômage. Cependant les femmes sont pour près de la moitié des chômeuses de courte durée (moins de trois mois) et 73% depuis moins d'un an alors qu'on retrouve une fraction plus importante d'hommes dans une situation de chômage depuis plus d'un an (44%) contre 27% pour les femmes .

 

Les plus touchés par le chômage sont comme bien souvent les jeunes de 15 à 24 ans .

Les hommes de plus de plus de 40 ans connaissent une situation de quasi plein emploi .

 

Si on compare ces résultats à l'ensemble du canton ;on s'aperçoit que la situation de St Rémy est particulière. Sur la canton 16.5% de la population à la recherche d'un emploi a moins de 25 ans .Alors que sur la commune ce chiffre atteint les 38% c'est à dire plus du double .

Si on s'intéresse à présent à la tranche d'âge 25 à 49 ans elle représente 52 % de la population à la recherche d'un emploi .Ce chiffre bien que beaucoup plus élevé que dans le département sarthois(31,4%) ,reste inférieur à la valeur cantonale .Le chômage touche fortement les 25 à 49 ans ,puisqu'ils représentent 72% des demandeurs d'emploi du canton de Mamers .


 


Source: DEMF Communes juin 1997

 

On constate aussi une plus forte proportion de femmes à la recherche d'emploi pour la catégorie des moins de 25 ans et des 25-49 ans.

Sur la commune ,on retrouve également la même tendance.

 

Notons enfin que le chômage diminue globalement sur le canton .


 

323 Le lieu de travail

 

 

Les Rémymontais travaillent très minoritairement sur la commune ,il vont surtout sur Mamers, St Cosmes en Vairais, hors département (sauf Alençon),Alençon et parfois au Mans.

Nous ne disposons pas du détail au niveau de la commune cependant, l'INSEE nous donne le lieu de travail des actifs résidant dans le canton

En effet sur le canton seules Mamers et St Cosmes en Vairais offrent plus d'emplois qu'il n'y a d'actifs résidents sur ces communes .Toutes les autres ont trop d'actifs par rapport à leur capacité d'emploi. En 1990,le canton de Mamers comptait 5322 emplois sur son territoire pour une population active de 4888 personnes.

38.7% des emplois du canton sont occupés par des résidents du canton .Les Alençonnais viennent peu nombreux travailler sur le canton ,ils n'occupent que 2.4% des emplois du canton et les Manceaux 3.5%.

 

 

Les actifs du canton de Mamers effectuent peu de migrations pour leur travail .Il se trouve que 78% des actifs recensés en 1990 et résidant dans le canton sont employés dans le canton.

On retrouve de manière atténuée mais de manière suffisamment significative ce niveau de migration au niveau des communes .

 


 

 


Ces chiffres donne une indication de la situation dans la commune de St-Rémy-des-Monts

Cela confirme le fait les rémymontais restent sur le canton et vont travailler la où il y a du travail à savoir la commune elle même .On pense aux emplois administratifs mairie ,poste, école maternelle aux commerces, à l'Intermarché notamment.

Les autres vont surtout à Mamers et St-Comes-en-Vairais

 

 

 

 


 

Lieu de travail des actifs résidant dans le canton

 

 

 

 


La situation cantonale est bien sûr la même qu'à St Rémy puisque les paramètres évoqués ci dessus sont valables pour tous les habitants du canton.

 

324 Les retraités et les jeunes

 

Il y en a 135 sur la commune (21% de la population totale) et coulent leurs vieux jours paisiblement et profiter des activités de associations de 3ème âge .

Le club des ainés ruraux de Saint Rémy des Monts - Saint Pierre des Ormes.

Cette année le club compte 128 membres dont 105 adhérents et 23 membres bienfaiteurs.

Les activités qui ont lieu tous les mardis de 14H à 18H (sauf au mois d'août) se limitent à des jeux de cartes à la salle polyvalente et de boules sur le terrain de boules. Une pause à 16H pour le goûter avec boissons et gâteaux ce qui représentent un rassemblement hebdomadaire de 70 à 80 personnes. Le comité de fleurissement :son but est d'encourager l'embellissement de la commune. Le jury du concours de la France fleurie a attribué à la commune le 5ème prix départemental

 

Les jeunes :L'association scolaire intercommunale de la Dive ,composée des enfants des écoles ,des parents et des enseignants. Chaque mercredi après-midi, les enfants licenciés (30 en 1999)ont pu s'adonner à des activités sportives sur les terrains mis à la disposition par les communes. Outre le basket, les enfants ont pratiqué le tennis de table ,l'endurance, le rugby, le football et un peu d'athlétisme.

.Asel, Association Sports et Loisirs. Le club compte environ 60 membres.

Le Gym-Club, les cours de gymnastiques volontaires sont assurées par une instructeur diplômée de gym volontaire.

 

 

 

325 Conclusion

 

L’essentiel à retenir de la dynamique de la population de St Rémy des Monts est que la commune voit sa population croître ces dernières années grâce à l’arrivée de nouveaux foyers sur la commune .Cela explique le rajeunissement de la population d’une commune située dans un canton qui pourtant est vieillissant et dont la moyenne d’âge est supérieure à la moyenne du département de la Sarthe.

 

 


PARTIE 4 : L’ECONOMIE

 

 

41 Les Caractéristiques de l’agriculture

 

A Saint Rémy il y a 9 exploitations agricoles

 

 

On y trouve des exploitations de grandes tailles puisque la plus petite a une SAU de 45 Ha et la plus grande s'étend sur 195 ha. La moyenne de la SAU est de 102 ha.

C'est une moyenne très élevée .Comparons la aux valeurs cantonales et départementales.

 

Les exploitations du canton dépassent les 50 ha pour 60% d'entre elles. La superficie moyenne d'une exploitation en 1995 est légèrement supérieure à 50 ha pour le canton , alors que la moyenne sarthoise se situe à 42 ha. Les autres exploitations se répartissent de moins de 5 ha à 49 ha de manière homogène . Les petites exploitations laissent supposer que les exploitants ont une double activité.

411 Les productions

 

On trouve différentes productions résumées dans ce tableau.

 

 

PRODUCTIONS ANIMALES

 

7 exploitations

Vaches laitières

3

Bovins viandes

            Troupeau allaitant

            Taurillons

 

1

3

Elevages hors sols

            Poulets de Loué

                     Poulets de chairs

                     Poules pondeuses

            Dindes

 

3

2 bat

1 bat

1 bat

PRODUCTIONS VEGETALES

 

9 exploitations

Polycultures

                Blé

                Maïs grain

                Orge

                Colza

                Tournesol

9

Cultures autoconsommées pour l'élevage

              Maïs ensilage, grain humide

              Pois Protéagineux

              Blé 

7

Arboriculture: pomme à cidre

1

Source: enquête H Francillette auprès des agriculteurs de St-Rémy-des-Monts déc 1999

 

 

 

Commentaire du tableau :

 

 

Les exploitants agricoles de St-Rémy-des-Monts ont donc des productions relativement diversifiée. En effet ,on compte un tiers d'éleveurs laitiers. Ces derniers cultivent du blé et du maïs pour nourrir leur animaux et vendent une partie de leur production végétales.

 

Un autre tiers sont des éleveurs –céréaliers qui possèdent des taurillons à l'engraissement (220 au total) ,un troupeau allaitant (61 vaches)qui exploitent en moyenne 160 Ha de cultures (blé majoritaire, maïs ,orge colza ,tournesol). Deux de ces exploitations ont un quota betteravier (40 Ha au total )

 

On trouve 2 céréaliers "purs" qui sur 100 Ha chacun cultivent en moyenne du blé (38 ha), maïs(32 ha) ,le tournesol ,parfois du pois protéagineux et surtout qui ont au total 37 Ha (25 et 12 ha) de betteraves. Un des éleveurs engraisseurs de taurillons possède un atelier poules pondeuses. Et un autre conduit un atelier hors sol avec 2 bâtiments de 400 m^2des célèbres poulets de Loué (poulets de chair ,on est bien dans la Sarthe!).

 

La particularité du 2ème est de cultiver les pommes à cidre sur 6 Ha .

Il s'agit d'une culture certes peu représentée sur ce département ,mais il ne faut pas oublier que la frontière avec l'Orne (Basse Normandie) n'est pas loin, où la production de pommes à cidre est une tradition. Le cidre est consommé en tant que tel où bien distillé pour la fabrication du "Calva".

b

On trouve deux groupes bien distincts d'agriculteurs .Un groupe de jeunes agriculteurs installé depuis moins de 15 ans qui ont entre 26 et 35 ans .(cela concerne 5 exploitants dont 3 qui ont moins de 30 ans)

 

Un deuxième groupe proche de la retraite (4 exploitants) de 49 à 59ans.

 

 

 

412 NOMBRE D’ACTIFS ET DE SALARIES

 

 

 

Le nombre d'actifs agricoles est peu élevé. On ne compte qu'un seul salarié agricole ,il s'agit d'un ouvrier agricole qui travaille à mi-temps sur 2 exploitations laitières voisines .

 

19 actifs agricoles

Dont 1 ouvrier agricole

 


 

413 EVOLUTION DU CHEPTEL

 

 

Effectifs

Bovins

Porcins

 

1988

1997

1988

1997

St Rémy des Monts

584

395

243

0

Canton de Mamers

11 257

9 865

7506

9584

Source:GDS72,Recensement  Caisse locale 1998,RGA88

 

A St-Rémy-des-Monts le cheptel bovin est passé de 584 en 1988 à 395 en 1997.Cela correspond à une diminution de 32.4% en 9 ans .

Au niveau cantonal on est passé de 11 257 bovins à 9685 soit une diminution de 14%.

La diminution du cheptel rémymontais est trois fois plus élevé que celle du canton. On peut la qualifier d'élevée. En effet déjà sur le canton la baisse du nombre de têtes de bovins est significative mais elle reste comparable à la diminution moyenne des bovins dans la Sarthe avec –15.6%.

La production porcine a disparu à St Rémy des Monts contrairement à la tendance locale d'accroissement de la production porcine entre 1988 et 1997 (+ 101% sur le porc charcutier)

Alors que cet accroissement n'est que de 29%.

Il n'y a pas d'élevage d'ovins ou d'équins sur la commune. Au niveau cantonal ce sont des élevages qui sont en forte régression entre1988 et 1997 .Diminution respective de 54% et 85%.

 

Rappelons que sur la commune on trouve 2 bâtiments de poulets de chairs vendus sous le Label "Poulet de Loué" et des dindes

Il y a également un bâtiment de poules pondeuses .

 

 


 

414 Le statut des EA

Sur la commune

 

Statut des chefs d'exploitation

Nombre d'exploitations

En %

En individuel

7

77.7

En GAEC

2

22,3

Total

9

100

 

Comparaison avec les chiffres du canton

 

 

Statut des chefs d'exploitation

Nombre d'exploitations

En %

En individuel

160

71,1

En GAEC

33

14,7

En EARL

30

13.3

Autres sociétés

2

0.9

Total des assujettis

225

74.5

Non assujettis

77

25.5

Total général

302

100

            Source :CMSA 72,1996

On retrouve à peu près le même ordre de grandeur concernant les exploitants individuels

La différence majeure est qu'il n'y a pas d'EARL à St Rémy.

71.1% des exploitants sont installés sur des exploitations individuelles. Aussi, les exploitants à statut « sociétaire » (GAEC) sont encore minoritaires bien qu’en progression constante.

 

Modes de faire valoir

Il y a une constante :Toutes les exploitations sont en fermage avec une petite partie en propriété. La part des surfaces en propriété est en moyenne de 18% avec un minimum de 0% et un maximum de 50% .

Remarque :un seul de exploitants loue une partie de ces terres (12 Ha en herbage)

 

 

415 La succession

Comme nous l'avons évoqué plus haut ,il y a vraiment deux groupes séparés par l'âge. Il se pose naturellement particulièrement pour le groupe le plus âgé le problème de la succession.

Et au moment de l'enquête aucun ne savait si son exploitation serait reprise .Une grande incertitude subsiste sur l'avenir de ces exploitations .

Le cas le plus fréquent est que les enfants de ces agriculteurs exercent dans un autre secteur que le secteur agricole .

 

 

 

Autre type de difficultés :dans le cas des GAEC parents(père et/ou mère )+ fils lorsque le(s) parent(s) vont partir très prochainement à la retraite ,il(s) retire(nt).ses (leurs) parts du GAEC.

Il faut donc trouver un nouvel associé ou changer le statut juridique de l'exploitation.

On retrouve cette situation sur les 2 GAEC .

Seuls les jeunes exploitants individuels ont bien encore quelques années devant eux avant de se confronter eux aussi à cet épineux problème.

 

L'agriculture rémymontaise risque de voir son effectif d'actifs agricoles fondre alors qu'il est déjà faible .La seul solution est l'incitation à l'installation de nouveaux jeunes agriculteurs.

Si cela n'est pas fait les exploitations déjà en place dirigées par de jeunes exploitants vont tout simplement s'agrandir en "absorbant" les terres cultivables laissées par leur aînés.

Il y aurait alors de moins en moins d'exploitations mais des exploitations de plus en plus grosses.(+ de 200 Ha)

 

Une tendance a la diminution qui va dans le même sens que sur l'ensemble du canton .

Le nombre d'exploitations a diminué de 74 unités entre 1988 et 1996,soit une baisse de 19.7%.

 

Comparons l’âge des exploitants de la commune avec la moyenne

 


                                               Source : CMSA 72 1996

 


La répétition par tranches d’âge des exploitants montre qu’en 1996 la majorité d’entre eux ont plus de 45 ans.

Cependant ,il existe tout de même de nombreux jeunes agriculteurs puisque 46 % ont moins de 46 ans .En fait ,on remarque une bonne homogénéité entre les tranches d’âge qui prouve un renouvellement de la profession au niveau de l’ensemble du canton.

Il est intéressant de constater que St Rémy avance dans le même sens avec une génération jeune déjà en place. Là où St Rémy se distingue c’est qu’il y a un pourcentage beaucoup plus élevé de chefs d’exploitations de moins de 35 ans (55%) que sur le reste du canton (18%).

 

Sur le canton les chefs sont 7 % à avoir l’âge de la retraite et 7 % ont moins de 30 ans .Si on compare avec le département ,le canton compte beaucoup moins de chefs d’exploitation ayant l’âge de la retraite. La Sarthe compte 23.4% en 1995 dans cette tranche d’âge(<30 ans).Ce chiffre atteint les 33% à St-Rémy-des-Monts .

 

Sur la commune, en dehors d’une exception tous les agriculteurs sont mariés et ont des enfants


416 Les qualifications

 


 


Source :enquête auprès des agriculteurs de St Rémy des Monts par H.Francillette (déc 1999)

 

Il y a une majorité d’exploitants au niveau BEPA (Brevet d’Etudes Professionnelles Agricoles). Le Brevet de Technicien Agricole arrive en 2ème position, puis à égalité les deux niveaux extrêmes certificat d’étude et Brevet de Technicien Supérieur.

Ce qui ressort c’est que le niveau de formation est fortement corrélé à l’âge .Comme souvent les exploitants qui ont le niveau de formation le plus élevé sont aussi les plus jeunes.

 

D’autre part à la question de l’enquête demandant s’il existe des domaines où ils aimeraient être mieux formé la réponse est encore fonction de l’âge.

Les agriculteurs les plus âgés tout en reconnaissant qu’on est jamais assez bien formé, ne souhaitent pas entreprendre de formations complémentaires.

Ils se sentent trop près de la retraite pour investir du temps dans ce domaine.

Pour les plus jeunes c’est l’informatique et l’anglais qui arrivent en tête des domaines à aborder. L’importance de la formation continue est mise en avant par chacun.

(ont été cités également :le compostage et la technicité en agriculture biologique).


 

42 ATOUTS ET CONTRAINTES DE L’AGRICULTURE

 

 

Les exploitations bénéficient d'une situation géographique extrêmement intéressante. En effet comme nous l'avons déjà évoqué ,la commune se situe à la croisée de 3 régions (Les Pays de Loire, la Basse Normandie et le Centre) et de trois départements (La Sarthe, l'Orne, L'Eure et Loire).

Cette localisation va être un facteur majeur dans le dynamisme économique.

 

 

 

ELEVAGE

 

La situation géographique offre aux éleveurs bovins une diversification dans les débouchés.

Les vaches de réformes sont vendus :           à la CADS( coopérative agricole départementale de la Sarthe qui traite avec le secteur viande de qualité des supermarchés Carrefour et Leclerc).

 

 

Pour les génisses en particulier:

Le GAEC qui conduit un troupeau allaitant profite d'une marque de qualité " viande du perche" (animaux né élevé et engraissé dans le Perche ce qui permet d'augmenter le prix de ventes. Autrement, le succès au concours bovin viande de Mamers  ,puis la vente de génisses à Super U à un prix élevé sont de bons indicateurs de la qualité de l'élevage.

 

 

Les taurillons sont vendus à Le Dunois (coopérative dans l'Eure- et Loire) et également à la CADS et parfois au groupement coopératif Orcal(Basse-Normandie).De plus les exploitants savent diversifier  leurs achats (broutards légers ou plus lourds suivant les périodes et les cours),ce qui permet de vendre des taurillons toute l'année et d'atténuer l'incidence des variations conjoncturelles des cours.

Le principal inconvénient est l 'isolement puisqu'il y a peu d'éleveurs dans le reste du secteur .

 

 

Les poulets : la marque « poulets de Loué» permet une très bonne valorisation de la production qui est contractualisée .Donc la quantité de poulets achetés et le prix sont garantis ce qui est bien sur très sécurisant pour les exploitants.

 

Les œufs sont vendus aussi par contrat à la CAFEL, la SOVOPA vient chercher les œufs .La traçabilité est totale œuf par œuf .

 

 

Le lait est vendu à la laiterie industrielle sarthoise (BEL)

 

 

Malgré cette diversité d’èlevage ici, il est important de comprendre que le nord de la Sarthe est plus une région de productions végétales qu’une région d’élevages

 

 

CULTURES

 

 

 

Rendement exploitations rémymontaises

Rdt départemental

Rdt régionale

Blé tendre d'hiver

78

76

67.6

Orge d'hiver

63

62

57.7

Maïs grain

79

78

76.3

Colza

31

31.7

29.5

Pois protéagineux

45

42

44

Tournesol

25

24

22.9

Source :Le service économique de la chambre d'agriculture de la Sarthe (située au Mans) a aimablement fourni les rendements moyens du département de la Sarthe ainsi que les valeurs de la Région pays de Loire pour les productions de grandes cultures des 3 dernières années (1996-1997-1998).

 

 

Commentaire: Tout d'abords on remarque que la Sarthe obtient des résultats supérieurs à la moyenne régionale. Les agriculteurs à St Rémy présentent des résultats comparables voir souvent supérieure à ceux de la région mais très légèrement inférieurs à ceux du département sauf pour le pois

 

La moyenne des deux rendements principaux (blé ou en maïs) est supérieure à la moyenne départementale et supérieure à la moyenne régionale.

 

Les ventes se font également à des coopératives. Habituellement l'essentiel de la production est vendue à la CADS mais depuis 1998 les exploitants ont trouvé des conditions plus intéressantes chez un négoce privé(négoce Jeusselin).On remarque encore une fois toute l'importance que revêt la diversité des acheteurs (possibilité de comparer les offres et de négocier parfois les prix, bref  de faire jouer la concurrence).Plus ponctuellement des ventes sont réalisées au marché au cadran avec des sociétés de courtages comme France Céréale.

 

Les achats de produits phytosanitaires s’effectuent à la CADS .

 

La production est orientée vers l'alimentation animale. La Bretagne ,proche ,avec son potentiel énorme en élevage crée un débouché important pour les productions végétales.

Il y a depuis 4 ans un dynamisme important des acteurs agricoles locaux .Les agriculteurs ont manifesté une volonté de réduire les charges (en diminuant les doses de produits phytosanitaires et d'engrais ).Il y a une véritable réflexion collective soutenue par le GDA (Groupement Développement agricole) .Des intervenants viennent. exposer aux agriculteurs divers sujets concernant les techniques agricoles.

 

Un point noir subsiste à propos de la betterave. En effet la récolte est vendue à la coopérative d'Arthenay (Loiret). Or si la coopérative bénéficie bien de la prise de cotât la majorité des exploitants ne sont pas adhérent ce qui rend instable cette situation.

 


43 SYNTHESE DE L’ENQUETE AUPRES DES AGRICULTEURS

 

 

1 L’exploitant et l’exploitation

 

Pour cette enquête ,les 9 agriculteurs de St Rémy ont été interrogés

Ceci permet d’avoir une représentativité excellente (puisqu’on atteint un taux de participation 100%)

Remarque certaines questions du guide de discussion ont déjà été traitées dans le développement de l’enquête sociologique, nous ne réaborderons donc pas ces points.

 

 

Ce qui motive le choix de productions des exploitants est avant tout la rentabilité économique.

Il y a eu de la réflexion quant à l’optimisation du potentiel agronomique des sols.

La nouvelle PAC n’a pas entrainé de changements significatifs si ce n’est ponctuellement une intensification de certaines cultures comme le colza et une diminution du maïs grain .

 

 

La plupart des exploitants étant adhérent à la coopérative agricole départementale de la Sarthe, il bénéficie de fait du suivi technique gratuit comprenant 4 déplacements à domicile par an .La majorité y a recours seul 2 estiment que cela n’est pas nécessaire.

Remarque un des deux a travaillé 8 ans chez Jeusselin (négociant privé céréalier) comme technicien en produits phytosanitaires et l’autre aussi possède un bon bagage technique et ne fait appel au suivi technique que s’il tombe sur un problème particulièrement insoluble.

Deux des trois éleveurs laitiers sont suivi par les techniciens de coopérative laitière de la Sarthe (4 fois/an compris dans la coût de l’adhésion) et le 3ème en plus par Normalait (suivi technique et économique payant) Le niveau de satisfaction est excellent.

 

 

Toutes les exploitations sont sans exceptions suivis par un centre de gestion en comptabilité générale et analytique. La majorité(6 sur 9) sont des clients du CEFIGA (CEntre de FIscalité et de gestion Agricole )n°3.01.720,minoritairement les autres confient leur comptabilité au CEDECA,SOGEDOC,CGVAR.

Dans tous les cas, il s’agit d’un forfait payant annuel et tous les exploitants sont satisfaits de la prestation.

 

 

Qui travaille en permanence sur l’exploitation.

Dans le cas des exploitations individuels ,c’est bien sûr le chef d’exploitation qui travaille en permanence sur cette exploitation. Il est le plus souvent marié et c’est l’épouse qui assure la comptabilité.

Dans le cas des GAEC se sont les membres des GAEC qui travaillent en permanence.

 

 

Il n’y a qu’un salarié à temps plein qui partage son temps entre 2 élevages laitiers

Le niveau de personnel disponibles est jugés satisfaisant par les exploitants. Ils admettent qu’au plus gros pics de travaux ils sont parfois un peu juste alors l’entraide entre voisins permet de résoudre les éventuelles difficultés .

Il y a très peu de stagiaires qui sont engagés sur les exploitations (- de 20%) et aucune main d’œuvre saisonnière .

Les principales productions sont vendues aux coopératives agricoles Sarthoises ou à des négoces privés .Nous avons déjà détaillés cette partie dans la partie « atouts et contraintes ».

 

 

Globalement les exploitants sont relativement satisfaits de l’écoulement de leur productions .

Surtout pour les taurillons ,le lait ,les céréales .

Un mécontentement a été manifesté concernant les pommes jugées pas assez bien rémunéré .

Le problème des betteraves tient manifestement à cœur les agriculteurs concernés ,qui souhaiteraient devenir pleinement coopérateurs de la coopératives de l’Arthenay dans l’Eure et Loire et pas juste des apporteurs de capitaux et de quotats .

 

 

Les exploitants sont quasiment unanime ,ils sont pour un marché avec quotat de production et garantie de prix.

Sinon les exploitants avicoles travaillant sous le label « Poulets deLoué » sont bien sûr pour le contrat de productions avec une garantie de prix.

 

 

La vie sociale

 

 

Tous les agriculteurs sont abonnés  à des revues techniques .(France agricole ,l’agriculture Sarthoise, Réussir bovins viande ou lait, le Betteravier).Ils ont le sentiments communs que cela apporte un plus ponctuellement dans la conduite de l’exploitation

Presque tous (8/9) ont eu l’occasion d’assister à des démonstrations :surtout de matériel et des essais de variété.

Mais très peu ont été à des conférences .Ceux qui y sont aller l’ont fait pour la culture générale et l’ouverture d’esprit. Sujets :sociologie en agriculture ;la mondialisation de l’agriculture.

 

Distractions ,vacances ,relations

 

 

Les exploitants arrivent à ce dégager du temps libre mais cela dépend du type de productions .Les éleveurs laitiers ont plus de difficultés que ceux qui produisent des bovins viande .

 

Les distractions sont très divers et dépendent de l’âge et du goût de chacun.(par exemple les 2 éleveurs laitiers qui travaillent en collaboration partagent aussi une passion commune pour l’ULM.

 

Les réunions entre agriculteurs sont le plus souvent professionnelles.

 

Les exploitants prennent des vacances de 1 semaine à 15 jours par an.

Le lieu de vacances restent le plus souvent la France métropolitaine. Ceux qui peuvent partir 2 semaines vont à la montagne en hiver et à la mer l’été.

Logiquement ce sont qui peuvent prendre des vacances qui peuvent voyager.

 

Les agriculteurs souhaiteraient comme principale amélioration de la vie des exploitants le dimanche libre, un peu plus de vacances .

La majorité des exploitants avoue connaître un peu d’isolement dans leur exploitation. Mais cela reste tout à fait supportable (pas de souffrances psychologiques à l’horizon).

Un d’entre a fait une réflexion intéressante sur son souhait de voir les agriculteurs s’ouvrir  d plus en plus sur l’extérieur .

 

Parmi les valeurs spécifiques porté par le monde agricoles (remarque : c’est la question qui a posé le plus de difficultés mais il en ressort des choses très intéressantes ) on a :

En tête et à égalité le contact privilégié avec le sol (la terre nourricière) et la liberté dans le travail malgré les fortes contraintes (c’est la notion d’amour du métier qui est sous jacente).

Puis on retiendra l’idée d’une certaine forme de sagesse des agriculteurs (bon sens ,savoir relativiser les choses ,prendre du recul).

Puis on été abordé des thèmes comme le sens de la solidarité et aussi le sens de la famille (pouvoir être sur place pour pouvoir éduquer enfants).

 

Selon les exploitants l’image que renvoie l’agriculture est unanimement une image négative

Selon eux les agriculteurs sont considérés comme des « chasseurs de primes  »,des buisnessmen qui se soucient peu des problèmes environnementaux (agriculteur = pollueur).

 

La moitié d’entre eux pense que cette image a évolué de manière positive. L’autre pense que l’image du monde agricole s’est dégradée.

 

6 agriculteurs sur les 9 (soit 70%) participent ou ont participé à la vie sociale en tant que conseillers municipaux et/ou membres actifs du comité des fêtes ou de l’association sportive .

Il y a donc un investissement important des exploitants dans la vie dans sociale de la commune.

 

Ils pensent tous que la commune à la taille suffisante pour mettre en place avec efficacité les services adaptés aux besoins de la population .(remarque un seul a astucieusement remarqué que l’importance de l’intercommunalité dans la situation particulièrement satisfaisante de St Rémy-des-Monts).Les autres l’ont peut être sous entendu .

 

Encore une fois tous jugent les équipements communaux adapté et suffisants .

 

Tous perçoivent des évolutions positives dans la commune notamment dans le bourg lui même ,moins qu’en on s’en éloigne. La rajeunissement et l’augmentation de la population avec l’installations de foyers ,la construction immobilière et les espaces de loisirs.

Ils voient donc globalement l’avenir de la commune comme tout à fait positif .Un a remarqué qu’il faudrait faire plus pour maintenir les jeunes sur la commune en développant l’emploi.

 

Politique agricole

Tous sont informé des mesures de la politique Agricole Commune de 1992 et sont surpris qu’on leur pose une question telle que celle-ci. Les mesures qu’ils jugent le plus importantes sont : la régulation des marchés par le biais des quotas et des primes

 

Incidence principale :adaptation des cultures en fonction des primes.

A moyen terme l’évolution de l’agriculture et du monde paysan dans la région est perçue de la manière suivante :

 

Pas de remplacement des exploitants partant à la retraite Disparitions des petites exploitations ,augmentations de la taille des grandes .(au moins > 100 Ha).Il y aura des mesures environnementales de plus en plus strictes .on se dirige vers des systèmes céréaliers purs (jugés comme étant une aberration du points de vue agronomique). Cette évolution est jugée comme inévitable

 

Agriculture et environnement

 

Tous sont catégoriques ,il faut se soucier des problèmes d’environnement

Ils sont parfaitement conscients que l’agriculteurs polluent inévitablement l’environnement à différents degrés cependant ils estiment qu’il ne fait pas généraliser à l’ensemble de la profession .Une majorité travaille avec « conscience » et une autre fait n’importe quoi. Les torts sont  selon eux aussi à partager avec les citadins et les industriels qui polluent tout autant.

 

En toute bonne foi ils pensent qu’ils font leur possible pour respecter l’environnement.

Au moins ils essaient avec plus ou moins de réussite (calculs des doses de fertilisants en fonctions des besoins réelles des cultures et du type de sols ,réductions des doses de produits phytosanitaires, plantations de haies).

 

Les exploitants sont prêts à changer certains de leur comportement pour tenir encore plus compte de l’environnement. ex : plantations sous couvert végétal. amplifier la réflexion sur les engrais et les produits phytosanitaires ,planter des haies.

 

Les exploitants sont hostiles à cette idée d’un agriculteur qui pourrait avoir un rôle de « jardinier de l’espace » puisqu’ils estiment qu’ils jouent déjà un rôle dans l’entretient de l’espace rurale 

Cependant si cela se fait ils sont pour que la fonction soit rémunéré indirectement sous formes de modulations d’aides de l’Etat .

 

Fin de la synthèse.

 

 


44 Le potentiel d'emplois sur St Rémy-des-Monts.

 

 

 

441 Des commerces et de l'artisanat

 

 

Café ,Débit de boissons :1

Bureau de tabac :1

Restaurant:1

Alimentation générale ,épicerie:1

Boulangerie , pâtisserie :1

(1)Boucherie ,charcuterie :1

Maçonnerie carrelage:2

Négoce en vin:1

Ferronerie:1

Garage:1

                                                         Source:INSEE 1999

 

Il y a une certaine stabilité dans l'évolution de l'activité artisanale et des commerces sur la commune.

Tous ceci ne génère pas plus de 20 emplois.

(1) Cet artisan charcutier de St Rémy des Monts a remporté différentes distinctions et parmi elles :dans la spécialité rillettes ,la médaille d'or en 1987 ,92,94,95,96; La médaille d'argent en 1990 et la médaille de bronze en 1991 à Mamers. Il s'est également distingué dans la catégorie

 boudin noir (médaille d'or en 1991 ) et boudin blanc :Grand prix d'excellence International du boudin blanc 1995 à Alençon .

Créée à Mamers en 1968, la Confrérie des Chevaliers des Rillettes Sarthoises a pour but de promouvoir les Rillettes Sarthoises et d'encourager la recherche de leur qualité, de faire connaître et aimer le patrimoine sarthois.

Chaque année au printemps, la Confrérie organise à Mamers le "Concours National des Meilleures Rillettes". L'ardente recherche de la médaille d'or, voire même d'argent ou de bronze prouve l'importance de ce concours de qualité pour la fabrication des rillettes et pour leur commercialisation.

"La Confrérie des Chevaliers des Rillettes Sarthoises exalte entre ses membres ainsi que ceux des différentes sociétés gastronomiques, les sentiments d'amitié, d'entraide, d'honneur et de désintéressement. Elle fait la promotion du département de la Sarthe pour la qualité de ses paysages, de ses monuments, de son histoire et de sa gastronomie"( Office du tourisme de Mamers .

Au cours du Chapitre de la Confrérie fixé au dernier samedi d'avril, sont intronisés les Chevaliers et Officiers.

 

 

Un supermarché Intermarché (Les Mousquetaires) se trouve également à St Rémy à proximité de la frontière communale avec Mamers. C'est une bonne chose pour la commune puisque ce type de commerce ramène de l'argent à la commune sous formes d'impôts locaux et emploie des gens de St Rémy.

L'Intermarché emploi au total environ 45 personnes.

 

On remarque qu'au niveau de l'artisanat il y a 2 entreprises de maçons carreleurs ce qui suffit à couvrir les besoins de la commune. Par contre il n'y a pas de menuisiers ou d'électriciens. Pour couvrir ces besoins il est donc nécessaire de faire venir des gens extérieurs à la commune. Heureusement ces corps de métiers sont bien représentés au niveau du canton .

Au total ,on recense 76 entreprises .Celles ci couvrent assez bien les besoins cantonaux dans ce domaine.

 

Au final le potentiel d'emplois sur la commune est inférieur au nombre d'actifs.

En effet la commune offre environ 160 emplois alors qu'il y a 270 actifs. Soit une couverture de près 60%

Mais St Rémy-des-Monts n'offre que peu de débouchés à ces jeunes qui doivent sortir de la commune pour travailler.

 

Mais comme nous avons déjà eu l'occasion de l'évoquer  les rémymontais travaillent aussi ailleurs qu'à St Rémy-des-Monts principalement sur la commune de Mamers et de St Cosme-en-Vairais .

Le canton de Mamers est depuis longtemps un pôle industriel .Son tissu de petites et moyennes Entreprises compte 40 entreprises travaillant dans l'industrie.

En 1996, la fermeture de l'usine Moulinex a porté un coup dur à l'économie locale. Mais celle-ci a su rebondir grâce à la réindustrialisation.


442 Les entreprises implantées localement

 

Activité principale de l'établissement

Nombre

Industries agro-alimentaire

4

Industrie textile et habillement

3

Industrie du cuir et de la chaussure

0

Travail du bois et fabrication d'articles en bois

5

Industrie du papier et carton

5

Industrie chimique

0

Industrie caoutchouc et/ou plastique

4

Autres produits minéraux non métalliques

0

Métallurgie  et travail des métaux

2

Fabrications de machines et d'équipements

2

Fabrication d'équipements électrique et électronique

5

Fabrication de matériel de transport

1

Autres industries manufacturières

4

Production eau ,gaz,électricité

5

Total

40

Etablissement liés à la construction

76

Source:INSEE,SIRENE 1996

 

 

La méthode mise en œuvre :une dynamique d'expansion avec la zone d'activité du Saosnois

 

 

Après le départ de Moulinex ,les acteurs locaux se sont mobilisés pour redynamiser le secteur industriel: La Zone d'activité du Saosnois située à Mamers présente aujourd'hui deux nouvelles usines :Mamers-Injecton et Rey Emballages. Ces usines permettent de compenser la fermeture de Moulinex. Elle prévoit la construction d'un autre bâtiment de 625 m2 prêt à répondre aux besoins d'un nouvel industriel.

 

Au total il y aura été construit plus de 20 000m2 de bâtiments couverts. Cette zone d'activité a permis l'embauche de 170 salariés ,mais à ce terme ce seront plus de 250 personnes qui y travailleront.

 

 Les rémymontais y trouveront sûrement des emplois.

 

A côté de ces nouvelles unités industrielles ,il existe aussi quelques entreprises bien enracinées dans l'économie locale comme Simmonds rachetée par l'américain Fairchild Fasteners à St Cosme-en-Vairais et leader dans la boulonnerie de haute précision , Raclet à Mamers spécialisée dans le camping et la caravane ou encore  Vercelletto Construction à Mamers qui travaille dans la construction modulaire en béton.

 

Toutes ces entreprises sont une source considérable en terme d'emplois pour l'économie du canton et par voie de conséquences pour la commune de St rémy. Elles sont chacune dans leur domaine à la pointe technologique.


Pour mieux comprendre les possibilités d'emploi dans le secteur de St-Rémy-des-Monts ,il est intéressant de se pencher sur les entreprises qui emplois le plus de personnes au niveau du canton

 

Les dix premiers employés du canton (tous secteurs confondus)

 

 

 

Etablissement

Activité

Commune

Effectif

Simmonds Fairchild

Fabrication produits industriels

St Cosme-en-Vairais

517

Société Raclet

Industrie du camping et de la caravane

Mamers

165

Champignonnière

Agro-alimentaire

Villaines-la-carelle

100

Rey Emballages

Fabrication emballages

Mamers

85

Mamers Injection

Fabrication articles matières plastiques

Mamers

80

Vercelloto Construction

Bâtiment industrialisé

Mamers

67

Négo Transport

Transport routier

St Longis

52

Intermarché

Supermarché

St Rémy-des-Monts

45

Passementies du Saosnois

Tissage

Mamers

32

Atelier Mécanique du Saosnois

Chaudronnerie-tuyauterie

Mamers

30

Source: Crédit Agricole de Mamers 1998

 

Remarque: Cela représente 1173 emplois couvrant 1/5 du nombre d'actifs du canton.

 

La part de ces emplois sur la commune de St Rémy des Monts est faible ,elle avoisine les 4%.

Le système reste très centralisé sur St Cosme (44% des effectifs avec 1 entreprise) et Mamers.(40% avec 6 entreprises)

 

Le secteur tertiaire

 

Une commune comme St Rémy-des-Monts  résiste mieux que certaines de ces voisines au mastodonte qu'est Mamers et qui a tendance a concentré tous les commerces et services .

Celles-ci connaissent des difficultés à préserver leurs petits commerces tels que la boulangerie ou la boucherie.

 

 

Conclusion sur l’économie de la commune :

 

Intrinsèquement la commune aurait du mal à satisfaire les besoins de sa population en terme d’emploi surtout pour les jeunes mais le dynamisme local profite pleinement aux habitants de la commune .Le développement de la zone d’Activité du Saosnois doit se développer encore plus pour attirer de nouvelles entreprises dont certaines pourraient pourquoi pas s’installer à St Rémy des Monts.

 

 

 

Conclusion générale

 

 

La commune de St-Rémy-des-Monts est une commune réellement dynamique sur biens des aspects tels que la population qui nous l’avons vu est en croissance et se rajeunit grâce à l’installation de foyers rendue possible par le développement des constructions immobilières .

Les point les plus négatifs sont le manque d’emplois surtout pour les jeunes qui sont obligés de quitter la commune pour travailler .Le deuxième point faible est l’évolution de l’agriculture qui risque à terme de se réduire comme une peau de chagrin si n’est rien n’est tenté pour incité à la l’installation d’autres jeunes agriculteurs. Pourtant l’agriculture est très performante dans ce secteur mais la performance rime ici avec des exploitations de plus en plus grosses et donc de moins en moins nombreuses alors qu’il n’en reste déjà plus beaucoup.

Enfin nous rappellerons que la communauté du Saosnois dont fait parti la commune fait preuve d’un développement économique rapidement et important dont bénéficie directement St Rémy des Monts .Nous sommes dans une zone qui est encore rurale mais qui arrive à la limite de la ruralité et de l’urbain de part la présence de ce pôle qu’est Mamers .Il y a fort à penser que dans très peu de temps il ne s’agisse plus du tout d’une zone rurale mais bien d’une véritable zone urbaine .Oui ,St-Rémy-des-Monts présente toutes les caractéristiques d’une commune qui s’urbanise .

 

Merci aux lecteurs d’avoir pris le temps de lire ce rapport

Nous arrivons à la fin de l’enquête qui a été pour son auteur tout à fait passionnante.


Sources

 

 

 

Mairie de St Rémy des Monts :bulletin municipale n°10 (juin 1999)

Crédit Agricole :radioscopie cantonale

INSEE

 

Retour